Alain Diot - né le 29.9.45
Vit et travaille à St Maximin 1983-1986

Motivation et nature du projet

Autodidacte, je peins depuis 20 ans et je n’ai jamais bénéficié d’une aide (subvention, bourse, 1% etc.…).
Après l’école primaire, j’ai dû travaillé comme apprenti peintre en bâtiment, puis dessinateur en architecture.
Vers l’âge de 18 ans, alors que je dessine et peins déjà très souvent, je décide de mener une vie de peintre ; ça voulait dire :
- prendre en charge mon regard, le poids des mots, des couleurs et des sons…
- prendre conscience que la peinture est aussi un langage et que vouloir le faire exister dans mon environnement, c’était me retrouver en dehors des barrières sociales.
A partir de ce moment-là et actuellement encore, pour subsister, continuer à peindre et dessiner, j’entreprends périodiquement d’innombrables chantiers (maçonnerie, peinture en bâtiment, etc.…).

Je n’ai pas encore trouvé un boulot - qui me laisse suffisamment de temps pour continuer et accentuer mon travail en atelier - et qui me permette d’aller à des vernissages, de me confronter et participer au regard des autres - déplacements et rencontres qui nécessitent un budget important, de plus en plus difficile à assumer.

Dans cet esprit et conjointement à ce dossier, je pose ma candidature pour l’obtention de quelques heures ou plus d’enseignement dans la région.

Face à des structures et à des gens qui prennent appui sur des métiers et des salaires, j’ai pris et je prends appui sur mon travail de peintre mais avec des difficultés matérielles de plus en plus grandes.

Travail nourri de mes incertitudes, c’est dans cet espace de non-savoir que naît ma nécessité de peindre. Mon travail est rarement ponctuel ; je lui préfère une recherche, un rythme quotidien qui se déplacent en permanence avec leur côté anecdotique.

Vingt ans de questionnement, de recherche mais aussi de réalité plastique me semblent être une motivation suffisante pour venir aujourd’hui déposer ce dossier : bénéficier d’une aide individuelle à la création de 50 000 F pour me permettre de poursuivre ce travail de peintre dans l’atelier que je me suis construit il y a trois ans.

Cette somme rendrait possible la réalisation d’une dizaine de grands formats (3x2) qui viendraient ponctuer mon travail sur le paysage, thème entrepris depuis 3 ans- Voir texte de D. Bizien, A. Avila, P. Tilman, + diapositives, ce qui correspondrait à environ un an de travail.